Une école pour être Parents ?

On rencontre l’Autre. On s’aime. On s’unit.

De tout cet amour un enfant naît et peut-être plusieurs. On élève cet enfant avec tout l’amour que l’on est capable de donner. Cet enfant nous sourie, « fait » ses nuits,  ses premiers gazouillis, goûte sa première purée, les premières dents apparaissent. On essaie de toujours rester zen, surtout ne pas s’énerver quand il pleure et on ne sait quoi faire. On cherche des conseils, on écoute les autres mamans.

Cet enfant apprend à vivre en collectivité en crèche. Il s’adapte, se défend, se fait des amis. Il joue, il écoute les histoires, la musique. On le gronde quand il fait une bêtise. Il pleure, on le console. Il a un bobo, on lui fait un bisou. Il est fatigué, on le dorlote.

Cet enfant grandit, et entre à la maternelle. Il change. Il apprend de nouvelles choses. Il rentre dans le passage « pipi caca bobo ». Il nous teste encore et encore. Il veut faire comme un Grand.

Il grandit encore et entre au Primaire. Il sait lire maintenant. Il ne croit plus au Père-Noël. Il additionne, il multiplie, il divise. Il apprend l’Histoire. Il dit qu’il est un Grand garçon.

Il grandit encore. Il entre au Collège. Il part tôt le matin pour prendre le bus comme un Grand. Il a sa bande d’amis. Il a un petit coup de coeur pour une fille. Il a son premier diplôme. Il dit qu’il est Grand.

Il grandit encore. Il entre au Lycée. Il ne veut pas qu’on l’accompagne à la Rentrée. Il se questionne sur ce qu’il veut faire « plus tard ». Il a son BAC. On le conseille. On lui explique. Il n’entend plus les Parents. Il pense qu’il est un Homme.

Il entre en FAC. Il ne s’y sent pas à sa place. Il choisit un DUT. Il n’aime pas. Il est paumé. Il est paresseux. Il double-clique sur FB en pensant que c’est ça la vie ! Il se trouve un job étudiant. Il passe son permis de conduire. Il dit qu’il est un Homme maintenant. Il veut sa Liberté. Il quitte la maison. Sans diplôme. Sans formation. En co-location.

C’était le premier rôle de mon fils aîné. On élève nos enfants et ils ne deviennent pas forcément ce que l’on espérait, ce que l’on voyait en eux. Ce n’est pas facile. Mon fils aîné a décidé de prendre son envol, ce qui est normal me direz-vous, il va avoir 20 ans dans quelques jours, mais cela fait peur dans ce monde où tout est devenu difficile, il y entre sans qualification ! il a goûté l’argent d’un petit job, et a tout laissé tomber…

J’essaie de rester zen, j’ai versé des larmes… Aurais-je pu éviter certaines erreurs, si seulement on nous apprenait à être Parent ! Mais c’est son choix. 

Et vous, vous les voyez grandir comment vos enfants ?

*Laissez-moi un commentaire, j’adore papoter…

 

8 Replies to “Une école pour être Parents ?”

  1. Je comprends tes inquiétudes.
    Mes loulous n’en sont encore qu’à la phase facile: Puce encore en primaire, Fiston en 6ème. Il voudrait déjà être au Lycée pour pouvoir quitter quand il a 1h de perm’ dans la journée, déjà la quête de liberté.

  2. C’est dur quand nos enfants ne réalisent pas les rêves qu’on avait pour eux, mais ce sont nos rêves, pas les leurs…et dis toi que ça n’est pas parce qu’il démarre en bas qu’il ne finira pas en haut! Mauvais départ ne veut pas dire arrivée foireuse, certains sont bien plus mal partis que lui et ont très bien réussi leur vie!

  3. Il faut se retourner sur sa propre adolescence pour mieux appréhender celle des enfants. A 20 ans on est pas un homme mais encore un ado. Même si on a le droit de vote et l’envie de quitter le nid de papa et maman. Les laisser partir un peu pour mieux les voir revenir c’est peut être la clef. Et lui faire confiance, les bobos il y en aura, mais c’est ce qui va forger son caractère. Quand au boulot, et bien il n’y a pas d’âge pour réussir dans la vie, tu sembles l’avoir bien accompagné dans la vie jusque là, il va forcément avoir un sursaut le jour ou il pourra plus payer l’abonnement de son iPhone ;)

  4. Je rejoins FoxyMama et surtout pas de culpabilité dans tout ça.
    Il est jeune, veut être indépendant. C’est la vie, c’est comme ça.
    Le plus important c’est qu’il sache que tu l’aimes et que tu seras TOUJOURS là pour lui.
    Sa carrière il la réalisera à son rythme en passant par d’autres voies; ne t’inquiète pas pour ça.
    Le bonheur ne s’évalue pas avec des bac+7 ou à des 3000€ par mois. L’argent ça aide mais être aimé ça n’a pas de prix…

  5. J’en suis encore loin. Mais ne culpabilise pas surtout tu lui a donné le meilleur ensuite il faut qu’il vive ses propres expériences !!! la réussite ne tient pas seulement compte des diplômes !! elle a raison Isa ;)

  6. pour mon ainée, j’en suis à l’épisode « elle passe son bac » et aux reflexions du genre « vivement que je me casse de cette baraque » et caractère dur dur
    je me dis souvent que j’ai dû râter quelquechose… (culpabilité quand tu nous tient…)
    mais bon, les parents parfaits n’existent pas (les enfants parfaits non plus d’ailleurs) et puis le principal c’est d’ avoir fait ce qui nous semblait le mieux pour eux et d’être là en cas de besoin
    après tout c’est en forgeant que l’on devient forgeron

  7. Surtout pas une école de parents ! Pas d’école de formatage !
    Tu es triste car il ne fait pas tout ce que tu as rêvé pour lui. Mais, il se sent fort pour s’en sortir, libre de choisir sa vie, indépendant, autonome… Tu as réussi quelque chose d’important : il a confiance en lui et son avenir ! Il prend son envol, c’est super.
    Il va construire sa vie, peut-être même un jour reprendre des études (ce dont tu as envie…) plus motivé car il saura enfin ce qu’il a envie de faire..
    Ne t’en fais pas, il a de la ressource !
    Et je sais de quoi je parle….j’en ai plusieurs !

  8. Mon loulou n’a que 2 ans, mais j’ai souvent des moments de doute et je te rejoins dans ta pensée. Peut-être pas une école, mais les parent devraient être plus encadrés.
    Courage avec ton fils. Je suis sure que ça va aller et puis tu n’es pas loin si nécessaire!

Laisser un commentaire

*
= 4 + 5

:wink: :-| :cry: :oops: :lol: :roll: :-? :-o :( more »