Dame à la licorne

Hello la city !

Vous avez certainement déjà entendu parler de la Dame à la Licorne ?

« La tenture dite de La Dame à la licorne est une composition de six tapisseries du début du xvie siècle. Chef-d’œuvre des débuts de la Renaissance française, elle est conservée au musée national du Moyen Âge-Thermes et hôtel de Cluny, à Paris. »

Cet ensemble est l’une des plus belles réalisations du Moyen Âge. Réalisée aux alentours des années 1500, remplie de symboles et intrigante, l’œuvre fascine par la richesse de ses décors et sa finesse.

Cinq de ces représentations, de plus de 3 mètres de haut, forment une allégorie des cinq sens, symbolisés par l’occupation à laquelle se livre la Dame :

  • Le toucher : la dame tient la corne de la licorne ainsi que le mât d’un étendard.
  • Le goût : la dame prend ce qui pourrait être une dragée d’une coupe que lui tend sa servante, et l’offre à un oiseau ;
  • L’odorat : pendant que la dame fabrique une couronne de fleurs, un singe respire le parfum d’une fleur, dont il s’est emparé ;
  • L’ouïe : la dame joue d’un petit orgue ;
  • La vue : la licorne se contemple dans un miroir tenu par la dame.

J’ai toujours entendu ou vu des images de la Dame à la licorne, et toujours eu envie de l’approcher. J’aurais pu le faire lors de mes passages à Paris, mais c’est vrai que je n’en ai jamais pris le temps.

Alors, lorsqu’il y a quelques mois, j’ai vu l’annonce de son exposition exceptionnelle au musée Les Abattoirs à Toulouse, j’ai vite filé un dimanche matin l’admirer. D’ailleurs, il faut savoir qu’elle était déjà venue à Toulouse, puisqu’elle y avait été mise à l’abri pendant la première guerre mondiale.

C’était magique de pouvoir approcher cette oeuvre de plus de 500 ans !

Et puis l’exposition dans une petite salle, des miroirs, du rouge, des ballons, des pois. C’est Yayoi Kusama, qui travaille sur la prolifération visuelle, son œuvre captive le public par son caractère à la fois plastique et environnemental.

On a profité de cette visite, pour également voir l’exposition le rideau de scène de Picasso, « La Dépouille du Minotaure en costume d’Arlequin » réalisé en 1936 pour la pièce de théâtre le « Quatorze-Juillet » de Romain Rolland. Cette oeuvre est d’ailleurs exposée que 6 mois par an pour la protéger de la lumière, elle mesure 8 mètres de haut, et 13 mètres de large.

J’avais très envie de laisser ce passage sur mon blog, ça vous plaît ?

One Reply to “Dame à la licorne”

  1. oui carrément
    en parlant de belles tapisseries, il y en a une très belle au chateau d’Angers
    La tenture de l’Apocalypse qui date du moyen âge, c’est fascinant

Laisser un commentaire

*
= 5 + 7

:wink: :-| :cry: :oops: :lol: :roll: :-? :-o :( more »