Mes dernières lectures #4

Hello la city !

Et hop, j’essaie de me mettre à jour par ici au niveau lecture, sinon, vous pouvez retrouver au fur et à mesure mes avis sur mon compte instagram.

Le tatoueur d’Auschwitz , cela fait un moment que ce livre était sur ma liste, et j’ai fini par le trouver à la bibliothèque.
« Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l’entrée du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C’est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais.
Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie. Ils savent d’emblée qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais dans cette prison où l’on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n’y a pas de place pour l’amour.
Ils doivent se contenter de minuscules moments de joie, qui leur font oublier le cauchemar du quotidien. Mais Lale a fait une promesse : un jour, ils seront libres, deux jeunes gens heureux de vivre ensemble. Deux personnes plus fortes que l’horreur du monde. »
Depuis mon adolescence, je lis de nombreux ouvrages sur la seconde guerre mondiale. Parce que l’on ne doit pas oublier cette cruauté humaine et surtout ne pas la revivre !
Ce livre est tiré d’une histoire vraie, Lale a voulu délivrer son passé à un âge avancé. Je ne connaissais pas cette partie de tatoueur.
Sa devise : qui sauve une vie , sauve l’humanité. Amour et espoir parmi l’horreur, à travers ce roman, on découvre l’humanité dans l’horreur, garder espoir, et vouloir vivre, espérer un lendemain meilleur.
Ce livre est rempli de tristesse et de cruauté, j’ai mis quelques fois la main devant la bouche pour étouffer un Oh mon dieu ! Bon par contre, je me demande si en vieillissant Lale n’a pas « embelli » un peu sa mémoire, car dans quelques passages j’ai l’impression qu’il est en colonie de vacances, il se promène comme il veut dans le camp, c’est un peu étrange…

Ce roman de @guillaume_musso date de 2014, et c’est là que je réalise que je n’ai pas lu tous ses livres alors qu’il fait partie de mes auteurs favoris.
Central Park :
Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière… Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. … Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre.
Encore une fois Guillaume Musso nous emporte dans ses intrigues à rebondissements, sa plume est addictive.